Raspberry Pi – Et c’est parti !

Raspberry Pi – Sommaire

  1. Raspberry Pi – Présentation
  2. Raspberry Pi – Et c’est parti !
  3. Raspberry Pi – Lire un capteur de température DS18B20

Bonjour à tous.

Durant 2 semaines, je me suis renseigné sur le Raspberry Pi en me disant : « ça à l’air sympa dit donc ! » mais en gardant à l’esprit que je n’en avais pas une réelle utilité pour le moment.  Mais j’ai bien évidemment fini par succomber. Au vu du prix, je me suis dit que même si je ne m’en servais pas tous les jours, cela n’était pas bien grave vu qu’il ne m’aurait quasiment rien coûté. Et puis, étant donné que cela fait plusieurs années que j’ai envie de me mettre à la domotique, voila sans doute une bonne excuse pour me lancer !

J’ai donc commandé mon Raspberry Pi sur le site français Kubii.fr. J’en ai profité pour ajouter quelques ustensiles bien utiles au Raspberry. Voici mon panier :

  • Le Nouveau Raspberry Pi 512Mo Model B : 36,99 €
  • Le Boîtier Blanc : 6,87 €
  • Alimentation Micro USB pour raspberry : 8,67€
  • Frais de port : 14,35€

Soit un total de : 66,88 euros. Et oui, j’ai déjà doublé le prix du Raspberry. Gloups. A noter que je déconseille fortement le boîtier blanc de chez Kubii. Une fois reçu, j’ai essayé de l’ouvrir durant 5 minutes en y laissant 2 doigts et la volonté de m’en servir. Je n’aime pas quand ce n’est pas pratique. En plus, le boîtier n’est pas prévu pour laisser l’accès aux broches GPIO. Autant dire que c’est donc totalement naze (sauf si on aime les trucs mal fichus et qu’on ne compte pas se servir des sorties GPIO). Il existe par contre de nombreux boîtiers pour Raspberry Pi qui sont bien mieux fichus et permettent d’utiliser les ports GPIOs sans problèmes ! Et vous pouvez toujours vous fabriquer votre propre boîtier bien évidemment.

Autre conseil, l’alimentation vendue chez Kubii est une alim anglaise ! Et oui, toujours lire les petits textes de description d’un produit … J’étais pourtant persuadé d’avoir lu que ça allait sur les prises française … oh mais…. oups ..le mieux, c’est de bien regarder le contenu de la boite. Car elle contient en fait un set de prise permettant de se connecter.

Bon, ça commence bien !

Mais n’allez pas croire que je ne suis pas satisfait ! Je n’ai pas acheté le Raspberry Pi pour son prix mais surtout pour ce qu’il permet via les sorties GPIO : contrôler d’autres machines. Et ça, ça me parle bien !

Mais avant même de contrôler des objets externes, prenons déjà en main ce petit bijou :

Démarrer avec le Raspberry Pi

J’ai donc reçu mon RasPi :

Mon rasbperry Pi

Mon Raspberry Pi. Petite la bestiole !

Pour pouvoir démarrer, voici ce qu’il faut :

  • Une carte SD de 4Go (au minimum !) qui hébergera le système d’exploitation (j’ai choisi raspbian)
  • Une alimentation dispensant 5v et 1A
  • Un cable HDMI pour connecter un écran
  • Un cable RJ45 pour vous connecter à Internet
  • Un clavier et une souris USB

Et hop vous pouvez commencer à vous en servir !

Ce qui est au final assez marrant, c’est que la bestiole est toute petite, mais entourée d’un tas de gros trucs. Heureusement, on peut se passer de tout ce matériel une fois la configuration de base réalisée et la bestiole lancée. Pour une utilisation à minima (sans connexion internet), l’alim suffit. Et là, pour le coup, sa taille prend tout son intérêt !

1ère étape : mise en place de l’OS sur la carte SD.

L’OS que vous aurez choisi doit être installé sur la carte SD avant de la connecter au RasPi. De nombreux tutoriaux vous expliquent comment gérer cela. En voici quelques uns :

En cherchant un peu vous trouverez de nombreux exemples !

2ème étape : optimiser la bébête

Il peut être intéressant de modifier la configuration de RAM allouée selon votre utilisation. Pour cela, une fois le tout installé, utilisez l’interface de configuration en tapant la commande suivante :

sudo raspi-config

Puis choisissez dans le menu Change memory split la nouvelle valeur allouée au GPU. Si vous ne comptez pas vous en servir avec une interface graphique, ne lui allouez que 16 Mo. Inutile de gaspiller la RAM ! Vous pouvez aussi l’overcloacker pour monter à 900MHz.

3ème étape : aller plus loin !

Maintenant que votre Raspberry Pi fonctionne, voici quelques informations utiles pour aller un peu loin.

L’interface graphique.

Si vous n’êtes pas à l’aise avec les lignes de commandes (ne vous inquiétez pas, cela va vite venir), une interface graphique est disponible pour le RaspberryPi. Pour y accéder,  tapez startx dans la console. L’interface graphique se lancera, et cela ressemblera à ça :

Interface graphique du RasPi

Ecran de base de l’interface graphique

Personnellement, je ne suis pas trop fan. Étant pourtant un utilisateur de windows au quotidien, sur le RasPi, je suis bien plus à l’aise en ligne de commande qu’en interface graphique. Je me sers de mon raspi à coté d’un autre ordinateur, donc même pour naviguer sur le web, je ne me sers pas du RasPi. Encore heureux d’ailleurs, car le navigateur de mon Raspberry plante quasi systématiquement.

Mettre à jour Raspbian

Il est conseillé de mettre régulièrement à jour votre système d’exploitation. N’hésitez pas à le faire régulièrement.

Pour cela, exécuter les 3 commandes suivantes :

sudo apt-get update

Pour mettre à jour la liste des packets

sudo apt-get upgrade

Pour les mettre à jour

sudo apt-get dist-upgrade

Pour mettre à jour la distribution elle même.

Pour plus d’informations, je vous invite à faire un tour sur le site de debian, c’est par ICI que ça se passe.

Liens utiles

Ci dessous, vous trouverez quelques tutos bien utiles pour aller plus loin.

De nombreux tutos sont disponibles sur le net, notamment sur la section Raspberry Pi du site Elinux. N’hésitez pas à partager vos découvertes ou de bons tutos.

Bilan de cette prise en main

Je suis plutôt content de mon RasPi. La fière du début retombe pour laisser la place à plus de réflexion sur les manières dont je vais l’utiliser. Pour le moment je suis parti sur 2 types de projet :

  • Créer une station météo de A à Z (j’ai déjà commandé mes sondes de températures, pression et humidité) et me faire un serveur web météo.
  • Apprendre les bases de la domotique pour contrôler à distance d’autres objets.

Quitte à coupler les 2 projets plus tard.

Question prix, si le Raspberry Pi n’est pas cher à l’origine, on a vite fait de multiplier par 3 ou 4 le prix en fonction des connectiques nécessaire. Mais même en atteignant une centaine d’euro, je juge tout de même cela rentable. Les câbles resserviront (si on a du les acheter pour l’occasion), et je continue de le considérer pour le moment comme un joujou qui intrigue mon intellect.

Le prochain article arrivera dans quelques jours. Il s’agira d’un tutoriel pour simuler un passage piéton. En attendant, si vous avez la moindre question, n’hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>